Communiqué de presse d’Anne Lavagne et Natacha Monnet conseillères municipales

Maisons-Laffitte le 24 avril 2020

L’état d’urgence sanitaire et préservation de la démocratie locale : demande de réunion du conseil municipal refusée le 15 avril 2020

Une ordonnance du 1er avril 2020 autorise, pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire, la réunion à distance des organes des collectivités territoriales et de leurs groupements. Seuls les scrutins publics pourront avoir lieu via cette solution.

Cette ordonnance du 1er avril dernier vise « à assurer la continuité du fonctionnement des institutions locales et de l’exercice des compétences des collectivités territoriales et des établissements publics locaux afin de faire face à l’épidémie de Covid-19”. Elle accroît ainsi temporairement les pouvoirs des Maires. L’équilibre a été recherché avec la possibilité d’une réunion du conseil municipal demandée par 20% des conseillers municipaux, avec un ordre du jour déterminé dans un délai de 6 jours (article 3 de l’ordonnance).

Alors que le Maire de Maisons-Laffitte avait pris de nombreuses décisions de tous ordres pour organiser les services municipaux et à l’égard des Mansonniens, les conseillers municipaux n’avaient reçu aucune information spécifique à la date du 15 avril, un mois après le début du confinement.

Pourtant, le mercredi 15 avril, le Maire a refusé notre demande de réunion du conseil municipal en visio conférence précisant qu’il est concentré sur le règlement « des questions directement liées à la santé de nos concitoyens ».

Or, le Maire sortant prend le temps d’informer ses colistiers non élus afin que ceux-ci publient des informations complémentaires  sur la page officielle Facebook de la ville « ville de Maisons-Laffitte – Info Coronavirus », permettant de créer l’illusion qu’ils sont déjà en fonction. Il utilise la gestion de la crise sanitaire à des fins de propagande.

Nous estimons qu’une réunion du conseil municipal serait opportune, dans l’intérêt des Mansonniens pour échanger sur les mesures à prendre pour accompagner les commerces et pour le déconfinement. Nous pensons notamment aux  modalités d’organisation pour la réouverture des écoles, aménagement de l’espace public, en particulier de l’avenue de Longueil pour faciliter le respect de la distanciation sociale, installation de pistes cyclables temporaires, mesures de soutien en faveur des commerçants…

Nous avons invité les autres élus de l’opposition à faire la même démarche.

Le cafouillage sur la distribution des masques illustre le besoin de concertation. Ainsi le Maire sortant a défini une procédure complexe de distribution sans aucune concertation en exigeant la production de trois justificatifs par internet (papier d’identité, justificatif de domicile) avant de devoir la simplifier devant les protestations.

Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, nous nous sommes inscrites dans une démarche de solidarité. Ainsi, en tant que conseillères municipales, nous nous sommes mis à disposition de la Mairie pour venir en aide pour la cellule de crise. Le Maire a décliné toutefois notre proposition.

De même, l’ensemble de la liste Maisons-Laffitte, c’est vous relaie aussi toutes les informations officielles et les initiatives de solidarité et partage des publications pertinentes sur la situation, ses conséquences, le quotidien de chacun.

De magnifiques initiatives ont vu le jour, en particulier le collectif d’entraide covid Maisons-Mesnil. Or nous nous  étonnons que le Maire refuse de les relayer, ne rendant pas ainsi service aux Mansonniens.

Le maire sortant ne doit pas utiliser la gestion de la crise sanitaire à des fins de propagande. Sa  gouvernance autocratique nuit à l’efficacité des mesures mises en place pour les Mansonniens.

Pour mémoire, le ministère de la Cohésion des territoires a recensé les solutions de téléconférence pouvant être utilisées par les échelons locaux tels que tels que ceux fournis par OVH ou Scaleway, ainsi que des services de communication dématérialisés identifiés par Bercy :
https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/teleconference-pour-les-seances-des-collectivites-locales